Portraire


Dans sa série sobrement appelée Portraire, Charlotte Mano questionne l’image et son pouvoir de représentation. Images bleutées, corps vaporeux, les sujets semblent figés, comme si l’image, les frappait, en douceur, d’une irrémédiable sensation d’artificialité et de picturalité.

Cette réflexion sur l'image comme voile, elle ne cesse de l'expérimenter dans l'espace réel, mais aussi en studio : Appliqué à la représentation du visage, ce regard se révèle pertinent - voire troublant : l'image prend des allures de peinture dans sa forme et en tant qu'oeuvre finale. Dans cette série, Charlotte Mano est au carrefour de plusieurs influences : art, mode, peinture, elle abat les frontières en douceur grâce à un regard contemporain sur la figure, la figure de mode. Elle dépose sur ses modèles une matière indécise : Personnages ? Mannequins ? Fantômes ?

Sa photographie devient alors médium de déréalisation : l’image n’est pas dépositaire d’une quelconque vérité. Ces visages semblent chercher le calme, le retour en soi, la solitude, le rêve et le fantasme.

Using Format